LES GILETS JAUNES, L'INSURRECTION CIVIQUE - LES RACINES DE LA COLERE

150cm
L'Action Française 17 février 2019 23:42 Lectures Gilets jaunes Jean Michel Vernochet

par Jean michel VERNOCHET


La France profonde souffre d’un Etat jacobin délocalisé́ à Bruxelles, ses forces vives sont entravées par une bureaucratie tatillonne qui impose des règles et des mises aux normes sans fin.
Cette démocratie là est aujourd’hui remise en cause par une large partie du peuple : les Gilets Jaunes. Malgré́ les injonctions du Gouvernement et ses fallacieuses promesses, le fleuve de la colère populaire ne semble pas vouloir regagner son lit.
Vous avez eu ce que vous demandiez : smic augmenté de cent euro, gel des hausses de carburants et puis l’on vous octroie un grand débat national... Un débat oui, mais encadré. Bien sûr sont interdites les questions qui fâchent : l’immigration sauvage, les milliards ponctionnés sur les revenus des classes moyennes, l’effondrement du niveau scolaire... Pourtant ces questions sont le non-dit qui sous-tend la révolte de la France périphérique.
« Ce pays de Gaulois réfractaires au changement » que l’on croyait condamné à se taire et à payer toujours plus, s’est réveillé́ dans son instinct de survie au grand dam des bobos, héritiers des événements de 1968.

 

Entretien avec Jean-Michel Vernochet à propos de son livre :
« Les Gilets Jaunes, l’insurrection civique »
aux Editions APOPSIX

 

I. Les gilets jaunes, une jacquerie ou un mouvement néo-poujadiste ?

Pas du tout… même s’il procède d’une colère de même nature. Le poujadisme était un mouvement catégoriel – on eut dit autrefois corporatiste – de petits commerçants et artisans lésés par le racket étatique et victimes d’un parlementarisme corrompu. Aujourd’hui pour reprendre la terminologie de notre époque, les GJ sont transcourants, transversaux, mélangeant ou agglomérant des classes sociales hétérogènes pour ne pas dire disparates, toutes classes d’âge confondues.

 

II. Les raisons de cette colère populaire ? Rejet des élites mondialistes ?

Bien entendu les fins de mois ric-rac, mais aussi le sentiments d’un insupportable corsetage bureaucratique dans l’existence quotidienne. De nos jours le tracassin administratif n’en finit plus. Le fort sentiment par exemple, pour les automobilistes d’être des vaches à lait traitent jusqu’au sang… l’essence est taxée, surtaxée et l’on paye des taxes sur les taxes. L’usage de la voiture devient un puits à finances sans fond… au triangle d’alerte s’est ajouté un gilet jaune symbole de détresse et ceci et cela même si les autorités ont renoncé à l’éthylotest, mais de justesse. Avec les limitations de vitesse qui varient souvent de kilomètre en kilomètre et qui obligent à conduire avec les yeux rivés sur le compteur, les radars et les retraits de points, se déplacer est devenu une épreuve plus que stressante… sauf pour les bobos qui se déplacent au centre des agglomérations urbaines en bicyclette, en trottinette ou en taxis payés par le contribuable comme pour l’inénarrable Agnès Saal dont l’absence de permis de conduire nous aura coûté plusieurs centaines de milliers d’euros. Bref tout est fait dans un univers de contraintes et de tracas perpétuels, de paperasseries, pour désespérer le citoyen lambda qui n’a pas de secrétariat, d’avocat, d’expert comptable pour gérer ses affaires pendant qu’il est en train de jouer au golf ou de se divertir à Vegas.

 

III. Ce mouvement est-il la réponse aux événements de 68 ?

Pas une réponse, mais une forclusion. Une parenthèse se referme, celle du libéralisme-libertaire à la sauce hypercapitaliste. M. Macron la lui-même dit le 10 décembre, la liberté du renard dans le libre poulailler touche à sa fin. Après les vaches grasses du pillage planétaire, l’économie financiarisée – c’est-à-dire n’ayant plus d’autre but que les hauts retours sur investissements – n’en a plus pour très longtemps. La corde est usée, pour preuve les populismes qui fleurissent un peu partout autour du monde, lesquels accordent la priorité aux intérêts nationaux sur ceux, supranationaux, des multinationales sans âme et sans état d’âme. Celles notamment qui sucent sans vergogne la sueur et le sang des peuples en leur créant ad libitum des besoins inutiles. Ce qu’on appelle la frustration consumériste.

 

IV. Le dialogue que veut renouer Macron est-il encore possible ?

Non. Il s’agit d’un rideau de fumée et d’un enfumage. Nous sommes en pleine société du spectacle et pendant qu’on amuse la galerie façon Jeu des mille euros, la caravane passe… ou plutôt le rouleau compresseur du mondialisme avance inexorablement. Ce sont ainsi le Pacte de Marrakech qui grave le droit à l’invasion et aux colonisations de peuplement dans l’airain de la Loi internationale, ou le Traité franco-allemand d’Aix-La-Chapelle qui signe un peu plus l’effacement et l’abaissement de la France.

 

V. Ce mouvement ouvre quelles perspectives ?

Aucune ! Si l’essai n’est pas transformé. Une révolte est condamnée à rester lettre morte si elle n’est pas adossée à une doctrine renouvelant une vision du monde dépassée, un régime, un système devenus obsolètes et par conséquent nuisibles. Des éléments de doctrine et d’organisation existent qu’il faudrait aller chercher chez des penseurs comme Gustave Le Bon et Charles Maurras, Julius Evola et beaucoup d’autres. Des pensées et concepts qui pourraient contribuer à restructurer la société autour de ces invariants, de ces constantes culturelles, qui ont permis de bâtir notre civilisation, celle que nous sommes en train de laisser lâchement démolir. Certes le monde actuel est devenu d’une extrême complexité, à nous cependant de le simplifier pour mieux agir, et vite. Les nœuds Gordien n’ont jamais existé que pour être mieux tranchés.