L'INACTION PEU FRANçAISE


gj

L'Action Française 19 janvier 2019 00:45

par Dominique Gautier

Ce 19 janvier est organisé avec le concours de l'Action Française, une grande réunion publique de réflexion sur le mouvement des gilets jaunes, à laquelle interviendront des figures du mouvement nationaliste français : Yvan Benedetti de Jeune Nation et du Parti Nationaliste Français, l'essayiste Hervé Ryssen, Jérôme Bourbon du journal Rivarol, Alain Soral d'E&R.

Réunir les nationalistes, échanger, débattre, l'Action Française ne pouvait qu’approuver cette initiative. Notre surprise est cependant grande de voir que notre présence à cet événement heurte la sensibilité de certains royalistes du CRAF. Qu'il nous soit permis de rappeler que l'Action Française fut fondée par des nationalistes qui n'étaient pas à l'origine des royalistes mais qui avaient comme principal intérêt celui de la nation. Il est donc naturel pour l'Action Française de ne pas les exclure mais de vouloir les conduire vers la conclusion monarchique. Pierre Pujo n'hésitait pas à inviter Pierre Sidos aux réunions et aux débats de l'Action Française pour affronter les idées, mais Pujo n'endossait pas les idées de Sidos... Ne confondons pas compromis nationaliste et système d'alliance : nous, nous collaborons volontiers avec toutes les forces qui agissent contre l'anti-France et nous nous adressons à toutes ces bonnes volontés. C'est tout le sens de ce que Charles Maurras écrivait en 1910 dans le petit ouvrage Si le coup de force est possibleL'Action Française visa plus particulièrement ces patriotes qui sont tout enlisés encore dans le vieux préjugé démocratique, révolutionnaire ou républicain. (…) Beaucoup de républicains ont été ramenés ainsi à la royauté. Bien d'autres y viendront si l'Action Française est mise en état de les atteindre et de les enseigner ».

Certaine de posséder la doctrine du salut national, l'Action Française ne peut craindre l'adversité, C'est parce que nous pensons clair et marchons droit que nous avons le devoir de montrer à nos amis nationalistes l'illusion, en France, d'une bonne république.


Toute peur du débat est un fait d'inaction peu française.