Géopolitique : De Chateaubriand à Mackinder et Brzezinski

Géopolitique : De Chateaubriand à Mackinder et Brzezinski

Un drapeau russe et un drapeau de l'UE

On connaît le Mémoire adressé en 1828 par Chateaubriand à son ministre des Affaires étrangères, dans lequel après avoir déclaré qu’« il y a sympathie entre la France et la Russie », il commente que, « placées aux deux extrémités de l’Europe », n’ayant ni frontières communes, ni terrain belligène, ni différends économiques, alors que « les ennemis naturels de la Russie (les Anglais et les Autrichiens) sont aussi les ennemis naturels de la France », et ainsi, qu’« en temps de paix le cabinet des Tuileries reste l’allié du cabinet de Saint-Petersbourg, et rien ne peut bouger en Europe » et qu’ « en temps, de guerre, l’union des deux cabinets dicte des lois au monde. »

Cette observation, vieille de 200 ans mérite quelque attention. Remarquons d’abord qu’en ce qui concerne la Russie et ses « ennemis naturels », Chateaubriand met sur le même pied son opposition avec l’Autriche et l’Angleterre, ce qui n’est manifestement pas le cas. La première est d’ordre territorial, et se limite à des revendications d’influences relatives au continent européen ; mais, quoi que limité, géographiquement et chronologiquement, cet antagonisme-là fut toutefois ce qui lança l’engrenage diplomatique ayant conduit au premier conflit mondial.

Plus importante, plus radicale, l’opposition entre l’Angleterre et la Russie, elle, révèle le heurt géopolitique fondamental entre puissance maritime et puissance continentale ; c’est-à-dire qu’elle relève d’un conflit global d’impérialismes, où toute extension, de quelque nature qu’elle soit, de l’une des puissances constitue une menace directe envers l’autre ; c’est par là que s’explique la politique britannique à l’égard de la Russie, tout au long du XIXème siècle ; déjà une politique de containment, comme disent aujourd’hui les Anglo-saxons, un endiguement systématique de l’expansion russe. Pour Jacques Bainville, c’est un « dogme diplomatique anglais » que « d’empêcher la Russie d’arriver à Constantinople » , c’est-à-dire de faire en sorte que la plus grande puissance continentale ne s’empare pas, avec la maîtrise des détroits, d’un élément-clef de la puissance maritime ; et parce que la France, tout en possédant une forte présence maritime, a joué longtemps un rôle de premier plan sur le continent européen, là aussi se trouve l’origine de la vigilante hostilité britannique à un rapprochement franco-russe, depuis les tentatives inabouties de Pierre-le-Grand : l’union de ces deux puissances était trop lourde de périls pour l’Angleterre, et ce fut ainsi pour elle une sorte de garantie que de parvenir à entraîner le Second empire français dans l’absurde Guerre de Crimée.

Mais, s’il faut constater que l’équilibre géopolitique européen et mondial s’est modifié ces deux derniers siècles, c’est toutefois selon une cohérence logique selon la situation précédente que les anciennes oppositions historiques se manifestent aujourd’hui. En premier lieu, à l’Autriche de l’équilibre européen des traités de Vienne s’est substituée l’Allemagne, devenue la puissance continentale majeure. Ensuite, l’Angleterre de notre analyste de 1828 a abandonné sa place de première puissance maritime aux Etats-Unis d’Amérique, dont elle se contente d’être le second de ce côté-ci de l’Atlantique. Bascule stratégique à l’origine d’une nouvelle configuration à laquelle correspond dès lors une nouvelle question : l’Allemagne et les Etats-Unis peuvent-ils être considérés à leur tour aujourd’hui, à un niveau équivalent à celui de 1828, comme les « ennemis naturels » communs à la Russie et à la France ? Et, en conséquence, l’alliance de ces deux derniers pays obéit-elle à la même logique ?

Sur notre continent, il n’est pas douteux que l’Allemagne, unifiée au bénéfice de la Prusse en 1871, du fait de la diplomatie idéologique de Napoléon III et de sa défaite militaire, unité affermie par le « mauvais traité » de Versailles, a été pour la France un ennemi beaucoup plus radical que ne l’était l’Autriche sous la Restauration.

Jacques Bainville

Là encore, les analyses de Jacques Bainville, que l’Action française a constamment réitérées, et qu’ont confirmées les origines du deuxième conflit mondial, l’ont dramatiquement démontré . Mais, la position dans le concert mondial, de la France diminuée, corrompue, asservie et maintenant ridicule de la république macronarde, n’est plus la position de force où se trouvait il y a deux siècles la France de Charles X, alors souveraine dans ses choix politiques.

Et si l’existence d’une prétendue « Union européenne », intégrant à la fois la France et l’Allemagne, modifie, pour un temps, la nature de la relation antinomique entre les deux pays, on voit bien, malgré le mythe, indéfiniment ressassé, du « couple franco-allemand », que tant en matière stratégique qu’en matière énergétique, par exemple, l’Allemagne nouvelle poursuit un chemin propre, loin des intérêts français, ces intérêts vitaux qu’est bien incapable de sauvegarder, et même de comprendre, la coterie des ineptes et des vendus qui se sont emparés de l’Etat ; serait-il d’ailleurs raisonnable aujourd’hui de ne fonder une politique étrangère en Europe que sur la seule hypothèse que ne puissent jamais ressurgir des antagonismes franco-allemands beaucoup plus traditionnels ?

Que les Etats-Unis d’Amérique se soient substitués à l’Angleterre comme la grande puissance impérialiste maritime, et qu’ils aient repris à leur compte ses intérêts globaux, est d’une autre importance ; et c’est compte tenu de cet état de fait que la théorie du « Heartland » du géographe anglais Mackinder (1861-1947) offre des ouvertures nouvelles pour une évaluation de situation, où une diplomatie française digne de ce nom, c’est-à-dire d’abord souveraine, pourrait avoir un rôle essentiel. En utilisant la projection cartographique polaire , Mackinder fait apparaître notre planète comme une totalité, où les masses se répartissent d’une façon toute différente de la projection de Mercator (si pratique pourtant à bien d’autres égards). De cette totalité, au sein d’un océan mondial recouvrant la plus grande partie de la surface totale, émerge une « île mondiale », composée des continents, l’Eurasie et l’Afrique, avec ses « îles périphériques », que sont les Amériques et l’Australie.

Au XVIème siècle, le navigateur anglais Walter Raleigh affirmait : « Qui tient la mer tient le commerce du monde ; qui tient le commerce du monde tient la richesse du monde ; qui tient la richesse du monde tient le monde lui-même ». A cette « maritimisation » de la puissance, que l’Angleterre a si bien maîtrisée durant des siècles, Mackinder oppose l’emprise continentale que représente selon lui le coeur de l’« île mondiale », qu’il appelle le « Heartland », estimant que c’est de la maîtrise de cette zone que dépend désormais davantage la domination du monde. Or, la projection polaire fait clairement apparaître que ce « Heartland » est essentiellement la vaste étendue qui s’étend de l’Europe centrale à la Sibérie occidentale, rayonnant sur la mer Méditerranée, le Proche-Orient et, au-delà, sur l’Asie du Sud et la Chine.

Ainsi, la plaine ukrainienne, domaine exclusif de la puissance russe pendant des siècles, peut être considérée comme l’espace central de mobilité par excellence, permettant les mouvements de troupes rapides, comme le furent par exemple, les ruées des Tatars ; pour utiliser un concept de Clausewitz, on aurait là, le « centre de gravité » de la bataille mondiale ; et il faudrait alors dire : « Qui tient l’Europe orientale tient le « Heartland », qui tient le « Heartland » domine l’île mondiale, qui domine l’île mondiale domine le monde ». En somme, la domination de l’Eurasie cristalliserait le nouveau rapport de forces opposant les puissances maritimes aux puissances continentales, dictant alors d’impérieux choix géostratégiques. C’est ainsi, qu’à la suite des réflexions impérialistes étatsuniennes de Zbigniev Brzezinski, conseiller écouté du président Carter, et maître à penser de l’État profond , le « Heartland », est clairement devenu l’obsession des Etats-Unis, qui se trouvent désormais face à deux défis, étroitement liés.

D’abord, défi d’une alliance germano-russe, ou franco-russe, ou … européo-russe, y compris seulement économique ; dans la logique de la politique anglaise du XIXème siècle, le choix est alors de mettre en œuvre tous les moyens destinés à couper la Russie de l’Europe occidentale, Ensuite, défi de la suprématie russe sur la plaine ukrainienne, charnière de la puissance du « Heartland » : « Sans l’Ukraine ‒écrit Brzezinski‒ la Russie cesse d’être un empire en Eurasie » ; d’où le choix correspondant de la repousser vers l’est, éloignant ainsi le dangereux centre de gravité.

Mais, inscrite clairement dans une perspective eschatologique, de la même famille que les élucubrations manichéennes de Francis Fukuyama sur la « fin de l’histoire », et la certitude de la domination finale des Etats-Unis, incarnation du Bien, contre toutes les forces du mal, l’analyse de Brzezinski entraîne une série de conséquences difficiles à maîtriser. Car, à force de repousser la Russie vers l’est, on la rapproche fatalement de la Chine, ce que Brzezinski ne souhaitait évidemment pas. Aujourd’hui, sur la base de l’entente russo-chinoise, la densité du projet de réseau des « nouvelles routes de la soie », intégrant le « corridor sud » qui se propose de relier les anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale à l’Europe, souligne à la fois la pertinence des vues de l’observateur anglais, et le danger que ce projet fait peser sur les prétentions étatsuniennes. D’autant plus que la Russie, quoiqu’on fasse, demeure largement une puissance européenne, ce qui laisserait sa place à une France redevenue souveraine.

Cela dit, la mondialisation en cours peut orienter vers des évaluations alternatives de la géopolitique. La maîtrise de la ceinture littorale, ce « bord du monde », qui enserre le « Heartland », assure-t-elle au contraire la primauté de la puissance maritime sur la puissance terrestre ? Permet-elle de maintenir une pression efficace sur le « Heartland » ? Déjà à l’œuvre sur le continent européen, par guerre en Ukraine interposée, les Etats-Unis tendent en même temps, contre la doctrine de Monroe, à se donner une capacité de projection illimitée, en prenant pied, par les centaines de bases militaires qu’ils ont installées à travers le monde, hors de leur propre environnement continental et maritime, afin de contrôler les flux de toute nature.

Monde multipolaire

Et de la même façon que l’Angleterre des siècles passés, les Etats-Unis sont appelés à se heurter à la France qui a acquis entre temps un atout géostratégique considérable que ne connaissait pas notre dernière monarchie légitime, et dont il faut maintenant tenir compte. Avec le deuxième domaine maritime du monde, ce n’est pas seulement comme partenaire de la Russie sur le continent européen que la France pourrait jouer un rôle essentiel ; c’est aussi par l’adjonction du potentiel maritime que constitue sa ZEE (zone économique exclusive), garantie depuis 1982 par l’accord de Montego Bay.

Philippe Champion

Souveraineté populaire : une chimère ?

Souveraineté populaire : une chimère ?

L'assemblée nationale garante de la souveraineté populaire ?

Dans les articles précédents, nous avons interrogé Tocqueville et Platon au sujet de la démocratie. Nous posons à présent la même question à Bonald : qu’est-ce que la démocratie ? On ne peut résumer dans un court article la pensée de Bonald sur le sujet. Il faudrait parler du divorce, « véritable démocratie domestique »1 ; mais pour l’heure nous nous intéresserons seulement à la théorie de la souveraineté populaire.

La souveraineté du peuple a-t-elle une réalité historique ?

Dans l’esprit de bon nombre de nos contemporains, la démocratie est non seulement le meilleur des gouvernements, mais même le seul qui ait le droit d’exister. Ce préjugé s’enracine dans la théorie de la souveraineté populaire : si le peuple est le véritable souverain, le seul gouvernement légitime est celui dans lequel la souveraineté du peuple est reconnue et peut effectivement s’exercer. Pourtant, la théorie de la souveraineté populaire ne résiste pas à un examen sérieux. Quel que soit le sens qu’on lui donne, cette souveraineté paraît être une chimère à laquelle aucune réalité historique ne correspond.

Admettons un instant que le peuple soit l’autorité suprême. Sur qui cette autorité s’exercerait-elle ? Là où il y a un souverain, il doit y avoir des sujets ; mais « où seraient les sujets quand le peuple est souverain ? »2

Qu’est-ce que la souveraineté populaire selon Rousseau ?

Les amateurs de la souveraineté populaire répondront peut-être que le peuple est souverain dans ce sens qu’il a le droit de faire les lois. C’est la définition de Rousseau qui, avec son goût habituel pour l’exagération, va jusqu’à soutenir que seules les lois faites par le peuple méritent le nom de lois : « toute loi, que le peuple en personne n’a point ratifiée est nulle. Ce n’est point une loi. »3

Mais là encore, on ne trouve dans l’histoire aucun exemple d’une telle chose, qui est tout simplement impossible : car « il se trouve que nulle part le peuple n’a fait des lois, qu’il est même impossible qu’un peuple fasse des lois, et qu’il n’a jamais fait, et qu’il ne peut jamais faire autre chose qu’adopter des lois faites par un homme appelé pour cette raison législateur. »4

La raison de cette impossibilité, c’est qu’une loi est une parole : elle ne peut être que l’œuvre d’une personne, et non pas d’une multitude. On peut, comme le fait Rousseau, personnifier le peuple ; mais ce n’est jamais qu’une figure de style.

Peut-on parler de peuple souverain en démocratie représentative ?

On pourra prétendre encore que la souveraineté appartient au peuple « dans ce sens que le peuple en délègue l’exercice, en nommant ceux qui en remplissent les diverses fonctions ». Mais c’est là encore une chose dont on ne trouve aucun exemple dans l’histoire, pour la même raison que précédemment : « il se trouve que le peuple ne nomme personne, et ne peut même nommer qui que ce soit ; mais qu’un nombre convenu d’individus, qu’on est convenu d’appeler peuple, nomment individuellement qui bon leur semble, en observant certaines formes publiques ou secrètes dont on est également convenu. » 5

Le peuple, qui n’est pas une personne mais une multitude de personnes, ne peut nommer qui que ce soit. L’élection par le peuple est donc une fiction. Bref, quel que soit le sens qu’on lui donne, la souveraineté populaire est une théorie à laquelle aucune réalité historique ne peut jamais correspondre. « Donc cette proposition générale ou abstraite : La souveraineté réside dans le peuple, n’a jamais reçu et ne peut recevoir aucune application ; donc c’est une erreur. »6

Jules Putois

  1. Louis de Bonald, Du Divorce, chapitre premier. ↩︎
  2. Louis de Bonald, Théorie du pouvoir politique et religieux, préface. Joseph de Maistre a fait la même réflexion au début de son Étude sur la souveraineté : « Le peuple est souverain, dit-on ; et de qui ? — De lui-même apparemment. Le peuple est donc sujet. » ↩︎
  3. Jean-Jacques Rousseau, Du Contrat social, livre III, chap. 15. Pour être juste, remarquons que Rousseau n’attribue pas au peuple le pouvoir de faire la loi, mais seulement celui de la ratifier. ↩︎
  4. Louis de Bonald, Théorie du pouvoir politique et religieux, préface. ↩︎
  5. Ibid ↩︎
  6. Ibid ↩︎
Doctrine : patriotisme et nationalisme 

Doctrine : patriotisme et nationalisme 

Les drapeaux tricolores français

Dans la bataille des idées inaugurée par les conjurés de la Révolution dite française, une évidence apparaissait que Joseph de Maistre allait résumer ainsi : « Jusqu’à présent, les nations ont été tuées par la conquête, c’est-à-dire par voie de pénétration ; mais il se présente ici une grande question : Une nation peut-elle mourir sur son propre sol, sans transplantation ni pénétration, uniquement par voie de putréfaction, en laissant parvenir la corruption jusqu’au point central et jusqu’aux principes originaux et constitutifs qui font ce qu’elle est » ?

Texte que j’ai déjà cité précédemment, mais qu’il est nécessaire de rappeler dans le contexte de ce sujet. Par cette interrogation qu’il faisait à son ami Louis de Bonald, il définissait ce qui allait devenir le point de départ de l’analyse critique nationaliste face aux sophismes des conjurés de la Révolution dite française. On voit ainsi que le nationalisme est d’une autre essence que le patriotisme, car jusqu’alors les nations n’avaient à se préoccuper que des invasions physiques, aux frontières. Or, à partir des sophismes issus de la Révolution, un autre type d’invasion apparaît : l’invasion intellectuelle.

Désormais, sans invasion physique, sans défaite militaire, elle va tendre à faire disparaître la nation, au profit de l’utopique République universelle.

Prônée par les conjurés de la maçonnerie et du monde juif, par ce concept abstrait qui émerge avec la révolution de 1789, les nations doivent disparaître pour permettre son avènement.

C’est en opposition à ce concept destructeur de l’existence même de la nation qu’allait apparaître le réflexe de défense nationaliste. Il en découle que si le patriotisme se définit comme la défense du territoire national face à un envahisseur physique, le nationalisme, lui, est d’une autre essence. Il se définit comme étant la recherche des principes qui conviennent à un pays pour se maintenir incorrompu dans son être national en défense de son héritage.

Ainsi, plutôt qu’à la terre des Pères, le nationalisme s’attache à la défense de l’esprit des Pères, de ceux qui ont forgé l’héritage moral, spirituel, intellectuel, qui fait ce qu’elle est devenue, façonnée par l’Histoire. C’est-à-dire, ce qui la rend différente de toute autre nation, comme un être humain est différent de tout autre du fait de sa genèse et de son éducation. « Le nationalisme, dit Maurras reprenant l’observation de Joseph de Maistre, est la sauvegarde due à tous ces trésors qui peuvent être menacés sans qu’une armée étrangère ait passé la frontière, sans que le territoire soit physiquement envahi »1.

On comprend ainsi la priorité du nationalisme sur le patriotisme, dans l’ordre des nécessités.

En effet, si perdre un territoire c’est perdre une partie du sol national et perdre des hommes, c’est perdre une partie de la chair et du sang de la nation, elle peut y survivre, se reconstituer, reconquérir les territoires perdus. Par contre, perdre l’idée nationale, le dessein national qui l’a constitué, c’est perdre l’âme même de la nation, cela mène à son oubli, à sa disparition.

De Gaulle et Pétain

De cette distinction d’essence entre nationalisme et patriotisme allait découler les choix différents faits après la Débâcle de 1940.

D’un côté les nationalistes qui se retrouvaient dans le maréchal Pétain appelé par le Président de la IIIème république, Albert Lebrun pour gérer les conséquences de la Débâcle du fait de l’abandon de poste des responsables de la déclaration de guerre au IIIème Reich.

De l’autre, ceux qui par patriotisme voulaient émotionnellement poursuivre le combat alors que l’Armée française était en pleine déroute. C’est sur cet irréalisme politique qu’allait prospérer le prétendu patriotisme de Charles De Gaulle.

En fuite, en ayant négocié financièrement son ralliement à l’Angleterre avant même que l’Armistice soit signé, cela en faisait ipso facto un déserteur en temps de guerre. Il allait en découler sa dégradation de son titre de général à titre provisoire et sa condamnation le 4 juillet 1940, à Toulouse par un tribunal militaire sous la IIIème république encore …

À Londres, De Gaulle allait retrouver les responsables du désastre qui, eux aussi, s’étaient enfuis pour échapper à leur responsabilité, des juifs et des francs-maçons2. Devant ces faits, où était le devoir ? Entrer en résistance avec les communistes et les démocraties anglo-saxonnes quitte à aggraver le poids de l’Occupation et les souffrances des Français ? Ou bien combattre d’abord la politique des responsables de l’une des plus humiliantes défaites militaires de notre histoire, en tournant le dos aux sophismes de la Révolution, comme s’y sont attachés le maréchal Pétain et ses partisans dans les plus mauvaises conditions historiques ?!

Une de l'humanité sur la victoire du front populaire

Les responsabilités étaient claires. Le Front Populaire de Léon Blum, nous avait dépossédé de nos armements modernes au profit des Rouges lors de la guerre civile d’Espagne en 1936.

C’était donc en parfaite connaissance de notre faiblesse que le féal à l’Angleterre, Reynaud, Premier ministre, allait déclarer la guerre à l’Allemagne pour répondre aux pressions bellicistes de l’Angleterre et du lobby juif.

Sans l’ambition pathologique, de De Gaulle, honni et méprisé de l’Armée depuis sa reddition sans combattre en mars 19163, l’affrontement franco-français qui en a découlé, aurait pu être évité. C’est ce qu’avait entrevu le colonel Rémy qui regrettait que par la faute de De Gaulle « l’un n’ait pas été le bouclier et l’autre le glaive ». Mais ce que le colonel Rémy n’avait pas compris, c’est que De Gaulle pour y parvenir avait besoin de deux choses : l’appui des lobbies responsables de la Débâcle et des Alliés.

Comme pour Robespierre pour lequel la Révolution ne pouvait perdurer sans que Louis XVI ne soit coupable, pour que De Gaulle ne soit pas le déserteur qu’il a été, il lui fallait faire de Philippe Pétain, un traître. Par la faute d’un De Gaulle, faux noble, faux homme de droite et faux patriote, la France s’est déchirée. Tout au long de “la carrière” de De Gaulle, les Français allaient payer leur aveuglement, leur lâcheté devant les crimes de l’Épuration gaullo-communiste, car dès lors l’anti-France revenait au pouvoir.

Ainsi ladite Libération ne fut qu’une réoccupation de la France par les lobbies, maçonnique et juif ! La politique gaulliste aligné sur celle des États-Unis allait conduire à la perte de notre empire comme il l’avait promis à Roosevelt dans son Discours de Brazzaville en

1944. Puis l’Algérie, département français, fut abandonnée aux tueurs du FLN auxquels il octroyait de surcroît sans contrepartie, le Sahara et les richesses que nous y avions découvertes en gaz, pétrole et minerais. Quant à l’immigration-invasion qui submerge aujourd’hui la France avec la complicité des Sarkozy, Hollande et Macron, elle est la conséquence directe des abandons et trahisons de De Gaulle.

Caricature de De Gaulle

Le « patriote » De Gaulle aura ainsi réduit la France au rôle de puissance secondaire, privée de ses ressources énergétiques, géopolitiques et humaines de notre Empire, et devenu simple supplétif de l’impérialisme mondialiste yankee et juif…

Alors que le maréchal Pétain avait réussi à maintenir notre Empire en dépit de l’Occupation, mais surtout des appétits anglo-saxons, le « patriote » De Gaulle ne nous aura légué qu’un Hexagone qui plus est, envahi ethniquement par sa faute. Ses alliances avec l’impérialisme anglo-saxon, avec les lobbies anti-nationaux et le communisme, pour lui permettre d’arriver au pouvoir, se sont soldées par deux guerres civi¬les franco-françaises : celle contre la Révolution nationale du maréchal Pétain, puis celle qui allait conduire à l’abandon de l’Algérie.

Loin d’être un patriote, De Gaulle n’aura été qu’un jacobin, plus soucieux avec ses alliés juifs, francs-maçons et communistes de combattre la Révolution nationale, que l’Occupant qui avait été le prétexte à sa désertion à Londres…

Tout ce que nous vivons et subissons aujourd’hui découle directement de ses alliances et de sa politique avec la faune de francs-maçons et de juifs qui l’avaient rejoint à Londres, se mettre aux ordres des Anglais.

De la réintégration de la maçonnerie interdite par l’État français, à la remise en vigueur du décret Crémieux, à la mainmise marxiste sur l’appareil administratif, jusqu’aux conséquences de la décolonisation avec l’immigration-invasion, on lui doit tout … !

Voilà comment un patriotisme mal compris, dévoyé, est devenu l’ennemi du nationalisme et de la France.

P. P. d’Assac

  1. J. P. d’Assac, Le Manifeste Nationaliste. Editions Plon, Paris 1972. ↩︎
  2. P. P. d’Assac. Charles De Gaulle de la légende à la réalité. Édit. S. P. P. ↩︎
  3. Yves Amiot. La Capture. Edit. Ulysse ↩︎
Marion Sigaut : entretien

Marion Sigaut : entretien

Marion Sigaut : entretien

L’Action Française : Marion Sigaut, vous êtes une des toutes premières adhérentes d’Amitié et Action Française. Vous avez participé à une grande partie de nos colloques, vous êtes spécialiste du XVIIIe siècle et avez publié quantité d’ouvrages sur la crise de l’Ancien régime. Où en êtes-vous de vos travaux ? 

Depuis la publication de mon dernier livre, De L’amour et du crime : du sexe et des enfants en 2020 chez Sigest, je n’ai pas cessé mes recherches sur ce qui devait devenir Le Pain du peuple, un récit de ce qui fit sombrer la France catholique dans la barbarie libérale révolutionnaire. A chaque conférence à laquelle j’ai été conviée (ça n’arrête pas…), j’en profitais pour ajouter quelque chose à mes précédents travaux, jusqu’à être en possession d’un nombre impressionnant de données à présent classée et ordonnées. Il ne me reste plus qu’à rédiger.

Or je ne cesse d’être interrompue dans la réalisation de ce projet par quantité de sollicitations diverses.

Il y a bien sûr mon engagement en faveur de la protection des enfants contre la sexualisation et la pédophilie. Je suis sur ce chantier depuis près de trente ans, depuis que j’ai découvert avec horreur le sens du mot « pédophilie » et sa réalité dans notre environnement. Je me suis lancée avec passion dans l’analyse de toutes les données disponibles sur le sujet, et à chaque sollicitation je lâche tout pour m’y coller. Ça a donné des conférences un peu partout, mais ça repousse d’autant la rédaction du Pain du peuple

Récemment j’ai également été sollicitée pour aller regarder ce que fut le procès de Gilles de Rais, la figure la plus atroce de pédocriminel de notre Histoire. Pour une simple vidéo en direct, il m’a fallu lire une thèse, deux ou trois livres, quantité d’articles, visionner des vidéos. On n’imagine pas la somme de travail qui se trouve derrière chacune de mes interventions. Ça repousse d’autant la conclusion de mes précédents travaux et la pile de ce que j’ai à faire s’épaissit de jour en jour. 

Il y a quelque temps, je suis tombée sur une vidéo qu’on m’avait conseillée et qui annonçait avec fracas la fin prochaine du Nouvel Ordre mondial. Ce travail découpé en plusieurs épisodes assez longs, faisait un rappel historique des différents mouvements qui avaient porté, à travers les siècles, ce qui allait aboutir au monde d’aujourd’hui. J’ai froncé les sourcils à différentes reprises sur certaines allégations, mais comme je ne disposais pas des connaissances et des sources nécessaires pour vérifier, j’ai laissé couler. 

Mais quand je suis tombée sur un épisode totalement délirant sur les jésuites, j’ai bondi. Trop, c’est trop. Il se trouve que j’avais, justement, accès aux références et aux sources nécessaires pour démonter ce discours totalement cinglé. J’ai tout lâché pour répondre. 

Ça m’a pris des mois. J’ai fouillé dans mes notes, trouvé des références que je ne connaissais pas encore, lu encore quantité d’ouvrages et remonté à la source d’affirmations totalement inventées et diffamatoires dans des proportions ahurissantes. Quand il s’agit des jésuites, il semble que tout soit permis, aucune diffamation ne fait peur, aucune calomnie ne leur est épargnée.

Ça a donné une conférence, puis une deuxième, et enfin un projet de livre dont le plan est pratiquement prêt. Et de deux ! Par où commencer ? 

Et à chaque fois que je me mets à l’ordinateur pour m’atteler à l’un ou l’autre de ces projets, une nouvelle demande de conférence m’interrompt et je lâche tout.

Sur la pression très amicale de gens en qui j’ai confiance, j’ai décidé de me lancer, dans l’écriture d’un troisième sujet, en fait celui qui est à l’origine de tout mon engagement et des deux précédents : celui de la défense des enfants.

Voilà des années que je sillonne la France et au-delà pour alerter sur l’horreur de la sexualisation des enfants et de la pédophilie, il est temps de mettre tout ça noir sur blanc et de sortir un livre. 

Ça y est, je m’y suis enfin mise. Tant pis, provisoirement, pour le Pain du peuple et les jésuites, je retourne à mon premier sujet. J’y parlerai d’Histoire (je suis la seule à avoir remonté le fil des réseaux pédocriminels de l’Ancien régime jusqu’à nos jours) mais aussi de l’ahurissante infiltration de tous les recoins de notre société par le renversement des valeurs. J’essaye de faire un livre grand public clair, sourcé, documenté, qui démonte l’horreur de ce processus planétaire dont le but est la destruction de l’humanité.

Excusez du peu.

Je m’y inspire grandement des travaux magnifiques de la magnifique Judith Reisman qui, paradoxalement, est très méconnue en France. Bien que ses trois principaux ouvrages soient accessibles en français :

  • Depuis 2016 pour Kinsey, la face obscure de la révolution sexuelle, Saint-Denis, éd. Kontre Kulture,
  • 2017 pour La subversion sexuelle née des rapports Kinsey, Paris, Saint-Rémi,
  • enfin 2020 pour la mise en ligne de son dernier travail sur La troïka diabolique Kinsey, Rockefeller et CIA .

Ce sont des livres savants très denses que peu de gens ont lus et qu’il convient de vulgariser, au sens noble du terme. 

Je m’attelle donc à promouvoir sa pensée, son parcours et son combat, moi qui ai eu le privilège non seulement de la connaître mais d’avoir son amitié. Judith fut une des plus belles rencontres de ma vie, sa mort en 2021 m’a plongée dans un chagrin incommensurable. J’ai enquêté sur elle, sa famille, son parcours, ses aïeux, son œuvre. Je vous prépare une synthèse de ce qu’elle a apporté au monde. Elle fut de la race des géants. 

L’Action Française : Parallèlement et de manière complémentaire à vos travaux historiques (La Marche rouge), vous n’avez jamais cessé de dénoncer la pédocriminalité. Parlez-nous de vos combats ! 

C’est parce que j’avais découvert la réalité pédocriminelle autour de chez moi dans l’Yonne, que je me suis lancée dans la recherche historique. Il m’a semblé, d’une part, que ceux que je dénoncerais ne viendraient pas me chercher noise (je plaisante, mais le sujet est particulièrement sensible et dangereux) mais également que l’aspect historique des choses était indispensable pour venir à bout du phénomène présent. 

Il ne m’a pas échappé que la source de toutes ces horreurs semblait être, de façon récurrente, les services sociaux (et non l’Église comme on le répète bêtement, voilà bien longtemps que le phénomène y est à la marge). Mais d’où viennent ces services sociaux ? Qui les a créés ? Depuis quand sont-ils toxiques ? La Révolution a-t-elle changé quelque chose ? 

En étudiant la façon dont la pauvreté a servi de prétexte à un gigantesque trafic d’enfants sous l’Ancien régime, j’ai compris que les choses continuaient de la même manière sous d’autres formes. A l’heure actuelle, des parents en difficulté se voient retirer leurs enfants sous des prétextes odieux, et jamais l’authentique bien-être de ces derniers n’est pris en compte. C’est une horreur. La famille, ce nid protecteur dans lequel le petit d’homme est en sécurité pour grandir, est mise à mal par des organisations transnationales qui sapent l’autorité parentale, traumatisent les enfants par une sexualisation criminelle, les dressent contre leurs parents. Aujourd’hui, les viols par tournantes se font dans les cours d’école maternelle, des enfants violent des enfants. Il paraît qu’il ne faut ni s’en étonner ni s’en formaliser. C’est monstrueux. 

Il y a une source à cela. C’est à cette source que je m’efforce de remonter pour dénoncer, dénoncer et aider à trouver les moyens de résister.

L’Action Française : Pouvez-vous nous parler de Judith Reisman ? 

Portrait de Judith Reisman

Ma rencontre avec elle a été un tournant dans ma vie. Je sentais confusément que ma propre histoire devait avoir quelque chose à voir avec la révolution sexuelle qui m’est tombée sur la tête quand j’avais dix-huit ans. J’avais pris l’habitude de dire que j’avais sombré en mai 68, ce qui est vrai. Mais ça n’expliquait pas tout. Autour de moi, certains ont résisté, je n’ai pas su. En un tournemain, je suis devenue un jour une autre que ce que j’avais été jusqu’à cet instant T.

Je regardais un jour un film intitulé Kinsey’s paedophiles de l’Anglais Tim Tate, qui démonte avec beaucoup de précision ce que fut le phénomène Kinsey, et comment les mensonges de ce maniaque ont influencé le monde. 

Je ne sais plus exactement comment ça s’est déclenché, mais je me souviens d’avoir vu, sur la vidéo, les regards affolés et terrifiés de jeunes enfants à qui on montrait des scènes sexuellement explicites qui les remplissaient d’horreur. Derrière eux, des adultes se repaissaient de plaisir de leur affolement, j’ai soudain tout lâché. J’ai eu l’impression que toute ma vie défilait sous ce nouveau prisme : j’avais abandonné, à 18 ans, les valeurs de mon enfance sous la pression d’une entreprise mondiale savamment orchestrée, organisée et relayée par des maniaques. Ma volonté n’avait rien eu à y voir. Je m’étais fait avoir, manipuler, tromper, et le regard prédateur et carnassier de Kinsey et ses sbires venait de réveiller des souvenirs enfouis. J’ai commencé à avoir le souffle court, à haleter, à geindre, à pleurer. J’ai lentement glissé de mon siège et je me suis retrouvée sur le sol à crier, à me tenir le plexus et à battre des pieds. 

Ça a dû durer quelques minutes, pas plus. 

Mais je venais de toucher quelque chose d’essentiel : moi aussi. Moi aussi j’ai été abusée. Par qui, quand, c’est ce que je ne dirai pas ici. 

La suite de la vidéo fut déterminante : sur un plateau télé, une petite femme élégante faisait face à un aréopage de Messieurs qui semblaient se moquer d’elle. Elle défendait la morale, ils défendaient la liberté. C’était une réac, ils étaient le progrès. Sans se démonter, la petite dame a brandi le poing en leur direction. Et en pesant chaque mot qu’elle répéta plusieurs fois, elle leur dit que Kinsey avait utilisé des techniques orales et manuelles sur des centaines d’enfants pour leur déclencher des orgasmes.

Elle était fascinante. Son regard direct, son énergie, sa force, la bonté qui émanait d’elle, tout était magnifique dans cette sortie qui lui valut sarcasmes et sourires entendus. Judith ! Je venais de découvrir Judith Reisman. 

Dès cet instant j’ai tout fait pour la rejoindre. Je lui ai écrit, nous avons correspondu, nous nous sommes rencontrées et tombées dans les bras l’une de l’autre. Nous nous sommes retrouvées en Croatie, elle est venue chez moi, je l’ai retrouvée au Québec. Dès que la relation s’est établie entre nous elle n’a cessé de s’approfondir. Je l’ai fait traduire et éditer chez Soral, puis les Éditions de Saint-Rémy ont pris le relais et j’ai préfacé ces deux ouvrages. Enfin j’ai réuni un pool de traducteurs bénévoles pour mettre à la disposition des francophones son ultime travail. Cela faisait quarante ans qu’elle se battait sans que l’édition française juge opportun de la relayer. Comme si le monde de la sexologie avait pu ignorer ses sorties tonitruantes et son combat émaillé de menaces et de campagnes diffamatoires. 

Judith est morte en 2021, j’ai relu récemment son ultime message d’amitié et de confiance qui date de l’avant-veille du jour où elle s’est effondrée sur sa table de travail. Elle avait 85 ans. Ma Judith.

L’Action Française : Vous avez toujours défendu la dignité humaine, vous qui connaissez bien le sujet, que vous inspire la situation actuelle en terre sainte ? 

Gaza en ruine suite aux bombardements

C’est une épouvante. J’ai bien connu Gaza où je me suis rendue à différentes reprises. Avec l’Israélienne Arna Mer qui m’a fait connaître son amie de jeunesse la Palestinienne Mary Khass. Puis comme simple visiteuse venue faire un reportage. Comme envoyée ensuite du CCFD, à qui j’ai fourni un film sur le système alternatif de santé. C’est là que j’ai rencontré la directrice de l’hôpital Al Ahli, récemment bombardé. Cette femme admirable était chrétienne et elle était heureuse de m’assurer que, bien que célibataire (ce qui est rare dans la société palestinienne, d’autant que c’était une très belle femme), elle savait pouvoir compter sur le soutien de toutes les factions présentes à Gaza. J’ai voulu qu’elle précise : « même le Hamas » ? Avec un bon sourire, elle m’a répondu : « j’ai dit ‘toutes’. Absolument toutes ».

Enfin je m’y suis rendue comme invitée du Dr Fathi Arafat, frère de quelqu’un et créateur du Croissant rouge palestinien. 

C’est avec ce dernier que je peux assurer avoir piqué des fous-rires, Fathi était d’une drôlerie irrésistible. Les dîners chez lui, où des médecins, des infirmières, des travailleurs de santé picoraient dans des assiettes de salades savantes et de morceaux de poulet aux herbes, étaient joyeux et détendus, on riait à gorge déployée. J’ai de très beaux souvenirs de Gaza, j’en parle dans mes différents ouvrages.

Oui j’ai bien connu Gaza. J’ai sillonné ce territoire du Nord au sud, rencontré des gens magnifiques de solidarité, de résilience, de bonté et aussi de rage rentrée. Je ne me souviens pas d’avoir réussi à y mettre les pieds dans fondre en larmes à un moment où un autre. 

C’est surpeuplé, fait de bric et de broc. Lors des premiers bombardements en 2014 j’ai hurlé : comment peut-on bombarder un tel lieu ? C’est forcément faire des milliers de morts. Là ça dépasse l’entendement. C’est le bout du bout de l’horreur, c’est vraiment une entreprise d’extermination. Le froid, la pluie, les gravats, faim, la soif, la peur, la mort, tous les malheurs du monde sont concentrés dans ce bout de terrain qu’on peut embrasser d’un seul regard pour peu qu’on trouve une éminence. En son temps, il y avait à Khan Younes un grand bâtiment magnifique que Fathi Arafat avait fait ériger pour y loger un hôpital, un hôtel, un théâtre, un centre pour handicapés, une maison de retraite… Une merveille que j’ai vue sortir de terre et du sommet duquel on apercevait Tel Aviv au loin… 

Le centre n’existe plus et Khan Younes n’est plus qu’un champ de ruines. Mon cœur saigne, c’est insoutenable.

Je connais les Palestiniens. Ils ne partiront pas. Ils mourront sur place mais ils ne partiront pas. Ils l’ont déjà fait, ils ne recommenceront pas. La solution consistant à leur proposer de s’installer dans des villes de tentes dans le Sinaï est aberrante, et on peut le comprendre facilement ; personne au monde n’accepterait ça. Vous en voulez une preuve ? La voici : que dirait-on si on proposait aux habitants de Tel-Aviv de quitter les lieux sous 48h parce qu’on va incessamment les bombarder, et qu’on leur proposait comme solution d’aller s’installer dans le Sinaï dans des campements de tentes sous l’égide de l’ONU ? Mmmh ? 

J’ai longtemps cru à la solution de deux États, et je n’y crois plus depuis belle lurette. La seule solution est celle qui avait cours avant l’arrivée des sionistes, quand les juifs, les musulmans et les chrétiens étaient tous palestiniens et vivaient en paix. Ça a marché des siècles, ça remarchera si on le veut. 

Si Dieu le veut !

B’ezrat Hashem !

In sha allah !

6 février : les raisons d’un échec 

6 février : les raisons d’un échec 

Emeutes du 6 février 1934

L’Action Française doit se souvenir mais cesser de célébrer ses échecs. Pourquoi les manifestations de janvier et février 1934, dont celle du 6 février ont-elles échouées ? Maurice Pujo, après avoir conduit toute la campagne de l’AF sur l’affaire Stavisky en donne l’explication : sans une Action Francaise suffisamment forte, l’union des patriotes est stérile. 

À force de le répéter, les gens du Front populaire ont fini par croire que le Six Février était le résultat d’une terrible conjuration tramée de toutes pièces par d’affreux « fascistes » contre les institutions républicaines.

Rien ne correspond moins à la réalité. Le 6 Février a été, à son origine, le sursaut national le plus spontané, le plus pur d’arrière-pensées. Il a été la révolte de l’honnêteté et de l’honneur français contre un scandale qui était une des hontes naturelles et cachées du régime : le pillage de l’épargne sans défense avec la complicité des gouvernants qui en ont la garde. 

Sans doute, ce scandale a été mis en lumière, développé, « exploité », si l’on veut, par des patriotes conscients qui étaient les hommes de l’Action française. Là-dessus, M. Bonnevay, président de la Commission du Six Février, ne s’est pas trompé lorsqu’il nous a désignés comme les responsables de la mobilisation de l’opinion et de la rue.

C’est nous qui avons publié les deux fameuses lettres Dalimier qui avaient été, aux mains de Stavisky, les instruments de l’escroquerie. C’est nous qui, par nos premières manifestations, avons chassé du ministère ce Dalimier qui se cramponnait. C’est nous qui, pendant trois semaines, encadrant tous les patriotes accourus à nos appels, avons fait à dix reprises le siège du Palais-Bourbon. C’est nous qui, par cette pression sur le gouvernement et les parlementaires, avons arraché chaque progrès de l’enquête, empêché chaque tentative d’étouffement. C’est nous aussi qui avons publié la preuve de la corruption d’un autre ministre, Raynaldi, et c’est nous qui, en rassemblant des dizaines de milliers de patriotes, le 27 janvier, au centre de Paris, avons chassé le ministère Chautemps qui cherchait à se maintenir […]

Tenter le coup ?

Dira-t-on que nous envisagions le renversement du régime ? Eh ! nous ne cessons jamais de l’envisager ! Nous avons, dès nos débuts, proclamé que nous formions une conspiration permanente pour la destruction de la République, cause organique de nos maux, et pour la restauration de la monarchie, qui seule pourra les guérir.

Mais, en menant la chasse aux prévaricateurs complices de Stavisky, nous n’avions pas visé, de façon préconçue, cet heureux événement. Il y avait des services immédiats à rendre à la France ; nous les lui rendions. Si, au terme de cette crise, la restauration de la Monarchie pouvait être tentée, nous n’en manquerions certes pas l’occasion. C’est seulement un fait qu’il n’y a pas eu d’occasion parce que les conditions nécessaires ne se sont pas trouvées réunies.

C’est ce que nous devons répondre à ceux qui, nous faisant le reproche inverse de celui de M. Bonnevay, estiment que nous aurions dû « tenter le coup ». Il y avait sans doute – ce qui est important – un malaise incontestable qui, au-delà des hommes au pouvoir, était de nature à faire incriminer le régime. Il y avait même, à quelque degré, dans l’esprit public, un certain état d’acceptation éventuelle d’un changement. Il y avait aussi l’inorganisation relative et le sommeil des éléments actifs chez l’adversaire socialiste et communiste. Mais ces conditions favorables, en quelque sorte négatives, ne pouvaient suppléer à l’absence de conditions positives indispensables pour avoir raison de cette chose solide par elle-même qu’est l’armature d’un régime resté maître de son administration, de sa police et de son armée. Et il faut un simplisme bien naïf pour s’imaginer qu’en dehors des jours de grande catastrophe où les assises de l’État sont ébranlées, comme au lendemain de Sedan, le succès peut dépendre d’un barrage rompu…

Pourquoi Monk n’a pas marché

Ce qui a manqué au Six Février pour aboutir à quelque chose de plus substantiel que des résultats « moraux », c’est – disons-le tout net – l’intervention de ce personnage que Charles Maurras a pris dans l’Histoire pour l’élever à la hauteur d’un type et d’une fonction, l’intervention de Monk. Un Monk civil ou militaire qui, du sein du pays légal, étant en mesure de donner des ordres à la troupe ou à la police, eût tendu la main à la révolte du pays réel et favorisé son effort. Un Monk assez puissant non seulement pour ouvrir les barrages de police, aussi pour assurer immédiatement le fonctionnement des services publics et parer à la grève générale du lendemain.

La question de ce qu’on a appelé à tort l’échec du Six Février se ramène à celle-ci : pourquoi Monk n’a-t-il pas marché ?

Répondra-t-on qu’il n’a pas marché parce qu’aucun Monk n’existait ? Il est certain que personne ne s’était désigné pour ce rôle. Mais c’est essentiellement un domaine où le besoin et la fonction créent l’organe. Il y aurait eu un Monk et même plusieurs si les circonstances avaient été telles qu’elles pussent lui donner confiance.

Certains s’imaginent qu’ils décideront Monk par la seule vertu de leurs bonnes relations avec lui et dans quelques conciliabules de salon. Singulière chimère ! Monk éprouve très vivement le sentiment de sa responsabilité. Ce n’est qu’à bon escient qu’il acceptera les risques à courir pour lui-même et pour le pays et il a besoin de voir clairement les suites de son entreprise. Devant apporter une force matérielle qui est tout de même composée d’hommes, il a besoin de pouvoir compter, pour le soutenir, sur une force morale assez puissante. Il ne réclame pas de civils armés – c’est là l’erreur de la Cagoule – qui doubleraient inutilement et gêneraient plutôt les soldats, mais il veut trouver autour de lui, lorsqu’il descendra dans la rue, une « opinion » claire, forte et unie.

Et cela n’existait pas au Six Février. Si les manifestants étaient unis par le sentiment patriotique et le mépris de la pourriture politicienne, ils n’avaient pas d’idée commune sur le régime qui conviendrait à la France pour la faire vivre « dans l’honneur et la propreté ». De plus, les rivalités de groupes et les compétitions des chefs empêchaient même que, séparés dans la doctrine, ils pussent s’unir dans l’action.

Depuis le début de l’affaire Stavisky jusqu’au 27 janvier où notre manifestation des grands boulevards renversa le ministère Chautemps, il y avait eu, dans l’action, une direction unique : celle de l’Action française. C’est à ses mobilisations que l’on répondait ; c’est à ses consignes que l’on obéissait. (On lui obéit même le jour où, en raison de la pluie et pour épargner un service plus pénible à la police, nous renonçâmes à la manifestation) Mais, à partir du 27 janvier, devant les résultats politiques obtenus et ceux qui s’annonçaient, les ambitions s’éveillèrent, et les groupements nationaux préparèrent jalousement, chacun de son côté, leur participation à une action dont ils comptaient se réserver le bénéfice. Cette agitation et cette division ne firent que croître, après la démission de M. Chiappe, préfet de police, survenue le 3 février.

Aucune entente

La Commission d’enquête a cherché un complot du Six Février. Mais il n’y avait pas un complot pour la bonne raison qu’il y en avait cinq ou six qui s’excluaient, se contrariaient et se cachaient les uns des autres. Il y en avait dans tous les coins et sur les canapés de tous les salons. On peut se rendre compte qu’il n’y avait aucune entente entre les groupes divers en examinant les rendez-vous qu’ils avaient donné pour la soirée historique, et les dispositions qu’ils avaient prises, sans parler des manœuvres qu’ils firent et dont à peu près aucune n’était d’ailleurs préméditée.

Si, par impossible, les patriotes l’avaient emporté dans de telles conditions, s’ils avaient chassé le gouvernement et le parlement, le désaccord entre eux n’aurait pas manqué d’apparaître presque aussitôt et les gauches vaincues n’auraient pas tardé à reprendre le pouvoir.

C’est à quoi le Monk inconnu, le Monk en puissance, devait songer. C’est pourquoi il s’est abstenu d’une intervention qui aurait été stérile. C’est pourquoi la journée du Six Février n’a pas donné de plus grands résultats.

Maurice Pujo

Liberté politique

Liberté politique

Marianne : égérie de la liberté politique
La liberté guidant le peuple – Eugène Delacroix

Il y a quelques mois, nous avons cité et commenté un extrait du Mythe de la Liberté dans lequel Sisley Huddleston montrait que cette mystique de liberté politique menait à l’oppression et à la terreur

« Le vrai symbole de la Liberté, écrivait-il, c’est la guillotine, et je voudrais qu’à l’entrée du port de New-York, à la place de la déesse à la torche, on mît l’échafaud où ont fini toutes les revendications humaines au nom de la Liberté. »

Quel était l’avis de Maurras sur la liberté politique ?

Dans la préface de Romantisme et Révolution, Charles Maurras consacre quelques pages aux trois termes de la devise républicaine. Il le fait dans une autre perspective en allant à l’essence même des principes. Ces pages capitales seront reprises dans Sans la muraille des cyprès… (J. Gilbert, Arles, 1941).

« Des trois idées révolutionnaires que nous avons inscrites sur nos murs, la première, le principe de la liberté politique, constitutif du système républicain, a tué le respect du citoyen, je ne dis pas seulement pour les lois de l’État qu’il considère comme de banales émanations d’une volonté provisoire (comme l’est toute volonté), mais aussi et surtout pour ces lois profondes et augustes, leges natae, nées de la nature et de la raison, où les volontés du citoyen et de l’homme ne sont pour rien : oublieux, négligent, dédaigneux de ces règles naturelles et spirituelles, l’état français perdit prudence, exposé ainsi à fléchir. »

La licence politique abolit tout principe supérieur

La liberté politique posée comme principe absolu rend les lois de l’État révocables par le suffrage des élus ou le suffrage de tous les citoyens. Elles ne sont plus que des règlements provisoires qu’on observe sans les respecter ; si on ne les approuve pas, on prend son mal en patience en militant pour un changement de majorité au prochain scrutin.

Les républiques antérieures à la Révolution avaient leurs tares, mais elles avaient également de quoi freiner cette liberté politique : la loi naturelle (leges natae), « les lois divines et humaines », comme dit Cicéron, devant lesquelles le Conseil ou le Sénat, les assemblées populaires de l’Agora ou du Forum ne pouvaient que s’incliner avec respect. Au-dessus de la Cité régnait la Loi qui gardait et protégeait la Cité.

Avisant un jour dans une galerie de son palais une personne qu’il ne connaissait pas, Henri IV, voulant savoir de quel grand seigneur dépendait ce simple gentilhomme, lui demanda à qui il appartenait. « A moi-même » répondit l’homme avec une certaine impertinence. « Vous avez là un bien sot maître », répliqua le Béarnais. Sous couvert de liberté politique, le citoyen de la République française dépend lui aussi d’un bien sot maître : sa volonté, capricieuse, fluctuante, influençable et malléable.

Quelles sont les conséquences de la liberté politique à notre époque ?

Pendant longtemps, le poids du passé préserva la République de l’exercice complet de la Liberté politique, les lois naturelles furent respectées malgré de sérieuses entorses sociales et morales, parce qu’on ne pensait pas à les violer par principe. Mais depuis plusieurs dizaines d’années la démocratie est entrée au plus intime des mœurs ; elle atteint et dépasse le niveau de la démocratie politique. Une frénésie de bafouer, de détruire a saisi notre société. Les lois les plus élémentaires de la famille, les lois fondamentales de la Vie et de la Mort sont remises en cause. Après avoir désacralisé le mariage, par exemple, la liberté politique absolue veut le faire descendre au-dessous de l’accouplement des animaux. Ne surinterprétons pas notre lecture de Maurras au-delà du raisonnable ; il n’a pas pensé au PACS ou au mariage entre personnes du même sexe, mais il a bien discerné que la Liberté, dans son essence, menait à la ruine et à la mort : « Il ne faut pas dissimuler que l’on court le risque de voir ainsi s’éteindre l’homme même, l’homme politique et l’homme raisonnable, l’homme artiste et l’homme chanteur. Qui prolonge la double courbe romantique et révolutionnaire ouvre à l’Esprit une ample liberté de mourir. »

Gérard Baudin

Blocages paysans : contre le paysanicide

Blocages paysans : contre le paysanicide

Blocage des paysans 2024
Blocage d’une autoroute par les paysans

Dans les pays d’Europe sous domination judéo-capitaliste avancée – France, Allemagne et Pays-Bas – le monde paysan a été presque entièrement liquidé depuis le début de l’Occupation américaine et de l’Épuration. Cette destruction de la paysannerie française aura été un phénomène composite. Ce fut un savant mélange d’exode rural, de mécanisation, de remembrement, de concentration des exploitations, de monoculture, d’endettement, de subventions, d’effondrement des prix, de jachères, de libéralisation du marché intérieur et de mondialisation des cours des denrées.

Ce fut encore l’invasion de la chimie, l’artificialisation des procédés de production pour passer de la paysannerie à l’industrie agricole et sa cohorte de nécrotechnologies: pesticides, fongicides, détergents, hormones de croissance, perturbateurs endocriniens, métaux lourds et cancérigènes. Ce furent encore la vente à perte, les marges arrières de la grande distribution, le pillage des intermédiaires et des courtiers, la destruction des récoltes (le fameux retrait) pour le maintien des prix, l’inflation normative et réglementaire, le totalitarisme des coopératives, le racket bancaire. Ce furent la PAC, les accords de libre-échange, la culture des subventions.

Ce fut la solitude de l’agriculteur, les enfants qui ne reprennent pas, le vieillissement de la profession : plus de la moitié sont âgés de 50 ans ou plus1.

Le suicide souvent, au bout du chemin, la mort toujours…

Lorsque j’étais adolescent, la France comptait encore 2% d’agriculteurs, soit 1 200 000. Ils ne sont plus aujourd’hui que 400 000 pour nourrir un pays de soixante-dix millions de Français et d’étrangers. L’artificialisation, la mécanisation, l’industrialisation par les “apports” de la chimie expliquent en partie cette baisse. Mais cette approche descriptive et fataliste est en réalité une entreprise de naturalisation de phénomènes qui n’avaient rien d’inéluctables. Tous ces phénomènes conjugués qui conduisent à la destruction progressive de la paysannerie française furent les résultats prévisibles de politiques publiques constantes.

L’habileté de ces manœuvres qui s’étendent sur un temps très long ne peut faire oublier que ce fut d’abord une intention. Il serait temps que les Français et plus largement les Européens commencent à se demander “Qui” les veut morts…

L’Allemagne dernière chance de la France.

Ce n’est pas le moindre des paradoxes que sous la plume d’un vieux militant d’Action Française on en vint à lire que l’Allemagne est peut-être la dernière chance de la France. En effet, c’est de là, à la suite des premières secousses aux Pays-Bas, qu’est né le mouvement agricole qui enflamme toute l’Europe, de l’Espagne à la Pologne. Souhaitons que ces révoltes s’élargissent à d’autres secteurs professionnels : camionneurs, artisans, taxis, etc.

Ce mouvement pourrait bien devenir ce qu’auraient dû être les Gilets Jaunes. Un immense mouvement d’insurrection nationale et populaire devant les destructions continues commises par les oligarchies prédatrices, satellisées autour du Judaïsme politique, noyau nucléaire du pouvoir de l’étranger en France.

L’oligarchie judéoforme, avec ses loges, ses clubs, ses réseaux de sodomites – nouvel État confédéré tout puissant – ne hait rien de plus que le monde rural, avec ses accents, ses patois, ses bourrées…

C’est eux qui après avoir tué la paysannerie, massacrent la ruralité, en poussant les entrepreneurs agro-industriels au suicide. Il s’en tue deux par jour dans ce pays de Cocagne.

Guerre en Ukraine et crise agricole

La guerre de l’Otan contre la Russie est l’une des causes de cette énième crise du monde agricole. Le renchérissement de l’énergie et des combustibles a certes été décidé dans le cadre des politiques pseudo environnementales et malthusiennes de l’Occupation à Bruxelles comme à Davos, mais il est aussi conséquent à la flambée du prix du gaz qui sert d’indice aux factures du marché énergétique européen.

L’importation de denrées venues d’Ukraine en soutien au régime de faillite et de corruption de la Kiev de l’Otan a également effondré les cours de la volaille par exemple. Ce sont 230 000 tonnes de volailles ukrainienne qui ont été importé dans l’Union européenne cette année soit 100% de plus qu’il y a deux ans.

Le chaos s’étend à tous les champs : militaire, diplomatique, économique, énergétique, agricole.

Cette guerre touche toute l’Europe mais elle vise d’abord et avant tout l’Allemagne.

Son secteur industriel fut également ciblé par l’attaque terroriste sur les gazoducs NordStream 1 et 2. Biden avait annoncé à mots à peine voilé que pour séparer l’Allemagne et la Russie qui ont fusionné leurs économies durant les 25 dernières années, ce type d’opérations était au programme.

Les agriculteurs Allemands ont donc été les premiers touchés. C’est au tour aujourd’hui des Français.

Mouvement en péril

Le volcan agricole s’est réveillé. Il sera difficile désormais de faire que les coulées de laves ne sortent pas de leur lit.

Pourtant plusieurs périls menacent : le tempérament gaulois de nos agriculteurs qui risquent de se diviser sur des contradictions internes au monde agricole.

Les éleveurs n’ont pas exactement les mêmes intérêts ni les mêmes revendications que les céréaliers et ainsi de suite.

Le matérialisme des Français, avilis par 230 ans de révolution et de république, 70 ans de consumérisme et d’irréligion.

Pour peu que le gouvernement mène bien ses négociations en concédant des avantages matériels, beaucoup de ces blaireaux rentreront chez eux boulotter les crédits fiscaux concédés par un comitatus aux abois. Le moindre des périls d’un tel mouvement est son impolitisme et son absence de chefs formés et porteurs des idées claires du nationalisme intégral.

C’est là que nous avons un rôle à jouer en infusant le nationalisme intelligent dans les milieux agricoles, mais aussi chez les pêcheurs, les viticulteurs, dans les mouvements culturels localistes et autonomistes, du Béarn à l’Alsace, de Corse à la Bretagne.

Nationalistes, soyons comme le levain dans la pâte, allons sur les points de blocages et propageons la saine doctrine, nommons et désignons l’ennemi et ses complices après avoir fait sauté un bouchon, pour célébrer ces retrouvailles de la France avec elle-même. Et ne perdons pas de vue que rien ne se fait en quelques jours et que tous nos actes au service du Bien commun s’additionnent.

Nous aurons ainsi, un jour pas si lointain, du vin aux vignes.

Sébastien Kerrero (Monsieur K)

  1. Insee Focus n 212, paru le 23/10/2020. Les agriculteurs : de moins en moins nombreux et de plus en plus d’hommes. ↩︎
Louis XVI : Messes et hommages 

Louis XVI : Messes et hommages 

Messes et hommages à Louis XVI 2024

Ce 21 janvier 2024 marquera le 231e anniversaire du martyre de Louis XVI. Comme chaque année, de nombreuses messes de suffrages seront célébrées à cette occasion. En voici une liste non exhaustive que nous mettrons à jour au fur et à mesure que les informations nous arriveront :

20 JANVIER

  • BASTIA : une Messe de Requiem sera célébrée à 17 h en l’église Saint-Charles de Bastia, pour le roi Louis XVI et toutes les victimes de la Révolution.
  • BÉZIERS : l’Association Louis XVI de Béziers vous invite à assister à la Messe de Requiem pour Louis XVI et toutes les victimes de la Révolution, qui sera célébrée à 12 h, en l’église Saint-Jacques, par M. le Chanoine Paul Le Brethon (ICRSP).
  • BORDEAUX : une Messe pour Louis XVI sera célébrée en l’église Saint-Éloi (IBP) le samedi 20 janvier à 18h30.
  • BRUXELLES : l’ICRSP en Belgique vous invite à participer à la messe pour le repos de l’âme de Louis XVI qui sera célébrée par Mgr Gilles Wach, le samedi 20 janvier 2024, à 11 heures, en l’église du couvent Sainte-Anne, avenue Léopold-Wiener. Elle sera suivie d’une réception.
  • CARCASSONNE : une Messe « pour le repos de l’âme du Roi Très Chrétien Louis XVI, martyr de la Révolution, et pour le salut de la France » sera célébrée en la basilique Saint-Nazaire-et-Saint-Celse de Carcassonne, à la demande de l’IMB.
  • LA GAUBRETIÈRE (85130) : l’Association Royaliste Légitimiste de Vendée vous invite à la messe célébrée en la chapelle de la Sainte-Famille de Ramberge, à 10 h 30.
  • LYON : l’association Présence du Souvenir Bourbonien vous invite à la Messe pour Louis XVI et pour la France qui sera célébrée à 10 h 30 par le Père Patrick Rollin, en la basilique Saint-Bonaventure (7 place des Cordeliers, 2e arr.). Le prince Rémy de Bourbon-Parme y sera présent en tant que représentant de son cousin le prince Louis de Bourbon, de jure le roi Louis XX. Avec la participation des Trompes de la Diane Lyonnaise.
  • NANTES : une Messe de Requiem pour le repos de l’âme du roi Louis XVI sera célébrée à 16 h 30 par l’abbé Garnier (FSSP), en l’église Saint-Clément.
  • NANTES : une Messe de Requiem suivie de l’absoute pour le repos de l’âme du Roi Louis XVI, pour toutes les victimes de la Révolution, pour la Bretagne et pour la France sera célébrée à 18 h 30, en l’église Saint-Émilien (FSSPX) du prieuré Saint-Louis.
  • NÎMES : le Cercle Saint-Louis-Roi de France vous invite à la Messe en mémoire du roi Louis XVI et des victimes de la Révolution, qui sera célébrée à 11 h, en la chapelle Sainte-Eugénie, par M. l’abbé Frédéric Auriol (ICRSP).
  • PARIS : une Messe solennelle de Requiem sera célébrée à 19 h, en l’église Saint-Eugène-Sainte-Cécile.
  • PARIS : à 11 h, en l’église Saint-Germain-l’Auxerrois, une messe en mémoire du Roi Louis XVI, des défunts de la Famille royale et des victimes de la Révolution française sera célébrée par l’abbé Olivier Scache, en présence du prince Jean d’Orléans, chef d’une branche cadette de la Maison de Bourbon.
  • PERPIGNAN : le Cercle Légitimiste Hyacinthe Rigaud vous invite à la Messe de Requiem pour Louis XVI qui sera célébrée le samedi 20 janvier 2024, à 18 h 30, en l’église Saint-Matthieu de Perpignan.
  • ROUEN : l’ICRSP vous invite à la Messe de Requiem pour Louis XVI qui sera célébrée en l’église Saint-Patrice, à 11 h.
  • SARRELOUIS (Allemagne) : une messe sera célébrée à 15 h, en l’église Saint-Pierre-Canisius (FSSP) de Sarrelouis.
  • SAINT-CLÉMENT (19700) : le Cercle Légitimiste Guy de Blanchefort vous invite à la Messe de Requiem pour le roi Louis XVI qui sera célébrée à 18 h par un prêtre de la FSSPX en la chapelle Saint-Loup du hameau des Plats-de-Saint-Clément.
  • SAINT-DENIS : à midi pile, une Messe à la mémoire de Louis XVI, sera célébrée en la basilique royale de Saint-Denis, à l’initiative du Mémorial de France à Saint-Denys, suivie de l’absoute dans la crypte.
  • SAINT-MARTIAL (07310) : Messe annulée en raison des conditions climatiques.
  • STRASBOURG : une Messe pour Louis XVI sera célébrée à Strasbourg à 16 heures, en la chapelle Notre-Dame-du-Rosaire (28, rue du Faubourg de Pierre).
  • TOULOUSE : Monsieur Jacques Charles-Gaffiot, président de l’Académie Louis-XVI, et Madame Christian de Courrèges d’Agnos, déléguée régionale, ont l’honneur de vous inviter à assister ou à vous unir d’intention à la Messe de Requiem qui sera célébrée à 11 h en la chapelle Saint-Jean-Baptiste, pour le roi Louis XVI, la famille royale et les martyrs de la Révolution, par le chanoine Thibaut d’Aviau de Ternay, icrsp.
  • VALENCE : la communauté catholique traditionnelle de Valence et le Fr. Maximilien-Marie du Sacré-Cœur vous invitent à la Messe de Requiem qui sera célébrée en l’église Notre-Dame de Valence (FSSP), le samedi 20 janvier à 11 h.
  • VERNY (57000) : le Cercle légitimiste Robert de Baudricourt organise une commémoration légitimiste en souvenir de sa Majesté le roi Louis XVI, samedi 20 janvier 15h à Verny. Pour plus d’informations : cliquez ici.
  • TOKYO (Japon) : à la demande du Cercle d’Études Royales, une Messe à l’intention de Louis XVI sera dite le samedi 20 janvier à 11h, en la chapelle des martyrs du Japon, à Omiya (adresse : Hayashi Building 2F, 2-256-8, Azuma-chô, Ômiya-ku, Saitama City). Le lendemain sera organisé un pot commémoratif, avec conférence.

21 JANVIER

  • AURILLAC : une Messe pour le roi Louis XVI et sa famille sera célébrée le dimanche 21 janvier à 12h30, à la chapelle de la Sainte-Famille, rue du Monastère à Aurillac, dans le Cantal.
  • BELLOY-EN-FRANCE (95270) : une messe sera célébrée pour Louis XVI, en l’église Saint-Georges, à 11 h.
  • METZ : une Messe pour Louis XVI sera célébrée à 10 h, en l’église Saint-Bernard de Metz.
  • NANCY : une messe pour le repos de l’âme du roi Louis XVI sera célébrée à 10 h 30, en l’église Marie Immaculée (rite extraordinaire).
  • PARIS : sous la présidence de Monseigneur le Duc d’Anjou, chef de la Maison de France, le duc de Bauffremont, président de l’IMB, et les membres du conseil d’administration vous invitent à la Messe qui sera célébrée pour Louis XVI, pour la France et pour la famille royale à 10 h 30 en la Chapelle Expiatoire, 29 rue Pasquier (8e arr.).
  • TOULON : comme chaque année, une messe sera célébrée par les Missionnaire de la Miséricorde Divine en souvenir de Louis XVI et de tous les martyrs de la Révolution française. Elle aura lieu le 21 janvier à 18h30, en l’église Saint-François-de-Paule. Ce sera l’occasion de se souvenir de ce moment dramatique de l’histoire de notre pays et de prier pour la France. La messe sera célébrée dans la forme extraordinaire du rit romain par le chanoine Alain Boussand, curé de Lorgues, et sera chantée en grégorien. Le testament du roi sera lu à la fin de la messe.
  • VANNES : messe pour Louis XVI à Vannes à 8h15. Apéritif offert à l’issue de la messe de 10h00. Programme proposé par le cercle Georges Cadoudal. Pour renseignements et inscription : cliquez ici.

22 JANVIER

  • CAEN : la FSSP de Caen vous invite à la Messe de Requiem avec absoute pour le repos de l’âme du roi Louis XVI qui sera célébrée à 18 h 30, en l’église Saint-Sauveur de Caen.
  • COLMAR : la paroisse personnelle de la Croix Glorieuse vous invite à la messe qui sera célébrée pour le roi Louis XVI à 18 h 30, en l’église Saint-Joseph de Colmar.
  • MARSEILLE : une messe à la mémoire de Louis XVI et des victimes de la Révolution aura lieu à 19h, en la basilique du Sacré-Cœur, rue du Prado. Messe de Requiem avec Trompette et Orgue, célébrée par le Père Olivier Salmeron.
  • MONTPELLIER : une Messe de requiem pour Louis XVI et les victimes de la Révolution sera célébrée par le Chanoine Waché de Corbie, à 19 h, en la Chapelle des Pénitents Bleus de Montpellier.
  • POITIERS : le Cercle Alphonse de Poitiers fera célébrer une Messe pour la France en mémoire de Louis XVI le 22 janvier, à 12h, en l’église Saint-Porchaire à Poitiers.

23 JANVIER

  • LIMOGES : une messe pour Louis XVI sera célébrée en la basilique Saint-Michel-des-Lions à 12 h 15. La messe sera précédée par la lecture du testament royal par M. Philippe Théra. Possibilité d’un repas commun au restaurant Les Échoppes, à partir de 13 h 30. Pour s’inscrire au repas, contactez Alain Texier.

26 JANVIER

  • BRESSOLLES (03000) : une Messe de Requiem pour Louis XVI sera célébrée le vendredi 26 janvier à 18h30, en l’église du Sacré-Cœur de Bressolles, dans l’Allier.

27 JANVIER

  • TARASCON : une Messe de Requiem pour le roi Louis XVI et les victimes de la Révolution sera célébrée le samedi 27 janvier à 18h30, en l’abbaye Saint-Michel de Frigolet. Repas ensuite, inscription au 06 46 33 56 95.

25 FÉVRIER

  • ANGERS : messe pour Louis XVI (11 h) et conférence sur « Bonchamps et Lescure, ou la sainteté politique » (15 h) organisées par le Cercle légitimiste Paul Barillon. Pour inscription et informations complémentaires : cliquez ici.
Taux de natalité en France 2023 : une catastrophe démographique 

Taux de natalité en France 2023 : une catastrophe démographique 

Le taux de natalité en France en 2023 est en chute libre
Le taux de natalité désastreux en France est compensé par les immigrés

Communiqué des AFC :

L’INSEE vient de publier les chiffres du taux de natalité en France pour l’année 2023. Il est né 48 000 enfants de moins qu’en 2022. En 2022 déjà, il était né 100 000 enfants de moins qu’en 2012.

Baisse de la natalité : un « hiver démographique » en France ?

L’enquête sur le congé parental commandée par les AFC à l’IFOP de juillet 2023 permet de mieux connaître les causes du renoncement au désir d’enfant et de se défaire des supputations. Par exemple, si la crise climatique est invoquée, elle n’arrive qu’en cinquième position dans le classement des raisons pour lesquelles les parents renoncent à avoir le nombre d’enfants qu’ils désirent, alors que les deux premières tiennent aux modes de garde, trop chers ou inexistants, et aux problèmes d’emploi et de ressources financières.

L’UNAF vient de publier les nouveaux chiffres du désir d’enfant par foyer : 2,27 est le nombre d’enfants moyen souhaité dans l’ensemble de la population. Bien au-dessus taux de natalité de 1,68 enfants par femme en 2023.

Quelles solutions face à la chute du taux de natalité en France en 2023 ?

Les AFC soutiennent donc la proposition de l’UNAF d’un congé court de 6 mois à 1 an, rémunéré à hauteur de 75% du salaire, comme en Suède, ce qui répondrait aux aspirations des parents et aux besoins des tout-petits et désengorgerait les modes de gardes. Elles encouragent aussi la liberté pour les pères ou les mères qui le souhaitent de prendre un congé jusqu’aux 2 ou 3 ans de l’enfant, congé indemnisé à hauteur de 1100 € par mois.

Faut-il s’inquiéter du déclin de la démographie en France ?

Le décrochage du taux de natalité en France en 2023 atteste d’une tendance inquiétante pour le modèle social français qui repose sur la solidarité intergénérationnelle et doit interroger notre société sur les perspectives qu’elle propose aux jeunes familles.

Les AFC attendent du nouveau gouvernement des mesures très fortes en matière de politique familiale. Celle-ci n’est pas une dépense supplémentaire mais un investissement déterminant pour l’avenir de notre pays.

Conférence avec Monsieur K : 230 ans de culture de mort

Conférence avec Monsieur K : 230 ans de culture de mort

Conférence de Monsieur K 2024
Rendez-vous à la conférence de Monsieur K

Les nationalistes ont-ils à rester indifférents à tout ce qui dépasse le cercle restreint des préoccupations d’ordre national ? C’est le sujet de la prochaine conférence de Monsieur K.

N’avons-nous pas le devoir, en tant que nationalistes d’Action Française, de faire rayonner autour de nous ce trésor de sagesse de la loi naturelle (la loi naturelle est loi créationnelle), mère de notre civilisation depuis 2000 ans ?

Telle est la question essentielle que nous devrions nous poser plus souvent.

Détruire l’homme, c’est détruire la nation.

Idéologie du genre, avortement, euthanasie, wokisme… Le monde contemporain sécrète une idéologie contraire au beau, au bon et au vrai qui envahit tous les secteurs de la vie sociale. Nous-mêmes en sommes, souvent à notre insu, les plus pollués.

Une conscience authentiquement et radicalement écologique ne peut pas ne pas s’en inquiéter.

Si chacun de nous répandait autour de lui ce parfum de culture de vie, en serait-on arrivé là ?

Rendez-vous le 20 janvier pour une conférence de Monsieur K, membre du Comité directeur de l’Action Française.

PAF : 5 €

Réservation obligatoire : paris@lactionfrancaise.fr